Toute la France était avec le mouvement Gilet Jaune il y a quelques temps encore, le nom des gilets couleur jaune portés par les manifestants.

Gilet Jaune § Un mouvement de protestation non structuré et sporadique apparu en France en octobre 2018. Ce mouvement social spontané trouve son origine dans la diffusion, principalement sur les réseaux sociaux, d’appels à manifester contre l’augmentation du prix des carburants automobiles issue de la hausse de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Les manifestations ont lieu essentiellement le samedi.

À partir du 17 novembre 2018, la contestation gilet jaune s’organise autour de blocages de routes et ronds-points et de manifestations tous les samedis. Ces protestations mobilisent surtout les habitants des zones rurales et périurbaines, mais s’organisent également dans des métropoles, où se produisent plusieurs épisodes violents, notamment sur l’avenue des Champs-Élysées.

Rapidement, les revendications du mouvement gilet jaune s’élargissent aux domaines sociaux et politiques. Lors des rassemblements, le plus souvent non déclarés, plusieurs milliers de personnes sont blessées, aussi bien du côté des manifestants que des forces de l’ordre. Des associations comme Amnesty International critiquent une conduite inadaptée du maintien de l’ordre et des institutions comme l’ONU et le Conseil de l’Europe s’interrogent sur l’usage d’armes comme les LBD et les grenades de désencerclement.

Face à l’ampleur de ce mouvement gilet jaune, le gouvernement renonce à la hausse de la TICPE. Le président de la République, Emmanuel Macron, annonce ensuite des mesures, entérinées par la loi portant mesures d’urgence économiques et sociales, puis lance le grand débat national, à l’issue duquel il annonce notamment une baisse d’impôts pour les classes moyennes et la réindexation des petites retraites. Mais cette réponse ne met pas fin au mouvement : des manifestations, moins nombreuses, persistent sous différentes formes.