L’humour, au sens large, est une forme d’esprit railleuse qui s’attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou rire insolite.

L’humour est distingué par plusieurs concepts : c’est un langage, mais aussi un moyen d’expression. L’humour peut être employé dans différents buts et peut, par exemple, se révéler pédagogique ou militant.

Sa forme, plus que sa définition, est diversement appréciée d’une culture à l’autre, d’une région à une autre, d’un point de vue à un autre, à tel point que ce qui est considéré par certains comme le rire peut être considéré par d’autres comme une méchante moquerie, une insulte ou un crime.

L’humour permet à l’Homme de prendre du recul sur ce qu’il vit, comme le remarque Joseph Klatzmann dans son ouvrage L’Humour juif en souhaitant « rire pour ne pas pleurer ».

Beaumarchais écrivit « Je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer ». Plus pessimiste, Nietzsche affirme « L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire », se rapprochant du cynisme.

De même, pour Fred Kassak, grand maître du roman noir humoristique, « le rire est une tonalité de l’ironie ».

Les apparitions les plus connues se font dans les histoires amusantes, qualifiées de « drôles », désignées fréquemment sous le vocable de blagues.

Il se manifeste cependant de manières très diverses et n’est pas toujours explicite (c’est le cas de l’ironie, de la pointe, de la remarque pince-sans-rire) ; des gestes même peuvent être comiques.

Si l’humour est toujours volontaire, un individu peut être comique sans le vouloir. L’humour apparaît aussi sous forme de bande dessinée (pour adultes ou jeune public).